514.335.8413 | 1.855.858.0644

FAQ

Définitions (tirées de la norme CSA B64.10)

Eau potable :

Eau propre à la consommation humaine.


Dispositif antirefoulement :

Appareil qui empêche le refoulement.


Propriétaire :

Toute personne, firme ou société détenant le contrôle d’une propriété assujettie à ce règlement.


Raccordement croisé :

Tout raccordement existant ou éventuel reliant un réseau de distribution d’eau potable à une source de pollution ou de contamination.

Les dérivations, les cavaliers, les tronçons amovibles, les assemblages pivotants ou tout autre dispositif ou raccordement, installé en permanence ou temporairement et dans lesquels le refoulement est possible sont considérés comme des raccordements croisés.

Note: Dans de tels raccordements, le refoulement est possible. À titre d’exemple, on peut penser à un système de chauffage hydronique ou encore à un robinet d’arrosage extérieur alimentant un système d’irrigation.


Refoulement :

Inversion du sens normal de l’écoulement de l’eau.


Vérificateur de dispositifs antirefoulement :

Personne qui est certifiée par un organiseme accrédité par l’autorité de régulation pour tester les dispositifs antirefoulement.

Questions générales

Question : Qu’est-ce que la prévention du refoulement?

Réponse : Il s’agit d’une aide stratégique dans le domaine de la plomberie afin d’éviter l’écoulement d’eau contaminée dans l’approvisionnement en eau potable.


Question: En quoi consiste l’analyse d’ingénierie des raccordements croisés?

Réponse : L’ingénierie des raccordements croisés est une discipline qui s’applique à prévenir le refoulement et la contamination de l’eau potable en évitant qu’une eau contaminée par des substances toxiques ou insalubres pénètre le réseau de plomberie ou le réseau de distribution d’eau.


Question : Quelles sont les causes les plus fréquentes de contamination ?

Réponse : a) le siphonnement : inversion de l’écoulement normal de l’eau causée par la pression négative dans un système d’approvisionnement en eau et b) la contre-pression : inversion de l’écoulement normal de l’eau causée par une pression supérieure à la pression d’alimentation.


Question : Quelles sont les causes de siphonnement?

Réponse: Il peut être causé par une anomalie dans le réseau public telle qu’une interruption de service, une rupture de conduite, l’utilisation de nombreuses bouches d’incendie ou de tout autre appareil externe.


Question : Quelles sont les causes de contre-pression?

Réponse : Elle survient lorsque la pression en aval dans un système de tuyauterie est supérieure à la pression en amont. Par exemple, quand un système de circulation ou une pompe est utilisé dans un système de chauffage ou de gicleurs, il y a une baisse simultanée de la pression dans l’approvisionnement public en eau. Du coup, la haute pression générée par la pompe peut inverser le flux normal de l’eau.

Questions pratiques

Question : Quand je remets en marche le système d’alimentation en eau après une mise à l’essai à pied d’œuvre, dois-je mettre sous pression le dispositif antirefoulement ou bien alimenter la tuyauterie d’abord?

Réponse : Pour éviter de causer un coup de bélier, il faut d’abord pressuriser le dispositif antirefoulement, puis ensuite alimenter la tuyauterie en ouvrant lentement le robinet d’arrêt no 2.


Question : Vrai ou faux? J’ai installé un dispositif antirefoulement à l’entrée d’eau principale de l’immeuble. J’ai donc fait tout ce que j’avais à faire. J’ai protégé le réseau d’aqueduc public de la ville de la contamination potentielle due aux reflux du bâtiment.

Réponse : Faux. Le dispositif antirefoulement installé sur la source d’eau principale protège le réseau public du refoulement. CEPENDANT, tous les raccordements croisés à l’intérieur du bâtiment doivent également être protégés par des dispositifs appropriés.


Question : Vrai ou faux? Après avoir terminé la réparation d’un dispositif antirefoulement, il n’est pas nécessaire de tester le dispositif puisque la mise à l’essai n’est nécessaire que sur une base annuelle.

Réponse : Faux. Un dispositif antirefoulement doit être testé sur le terrain dans chacun des cas suivants et AVANT de rétablir l’eau :

  • lors de l’installation;
  • lorsque déplacé à un autre endroit dans le système;
  • après chaque entretien, y compris le nettoyage;
  • après qu’il a été réparé;
  • au moins une fois par an.

Question : Puis-je utiliser la vanne d’arrêt n° 1 d’un dispositif antirefoulement comme vanne principale d’arrêt pour l’ensemble d’un bâtiment?

Réponse : Non, la vanne d’arrêt n° 1 d’un dispositif antirefoulement sert aux essais dudit dispositif. Une vanne d’arrêt principale doit être installée sur la principale prise d’eau du bâtiment, conformément à l’article 6.1.3 du Code national de la plomberie du Canada.

Pression réduite

Question : Je fais actuellement un essai en contre-pression sur le clapet de retenue n° 2 d’un dispositif à pression réduite (DArPR). La soupape de décharge est ouverte et l’eau circule en permanence. Qu’est-ce que cela signifie?

Réponse : Le clapet de retenue n° 2 n’est pas étanche. 


Question : Sans faire d’essai, la soupape de décharge d’un dispositif à pression réduite ouvre de temps en temps. Quelles sont les causes?

Réponse : Les fluctuations soudaines de pression dans la tuyauterie d’alimentation en amont du dispositif peuvent entraîner l’ouverture sporadique de la soupape de décharge.


Question : Lors du test de l’ouverture de la soupape de décharge d’un dispositif à pression réduite, j’ai remarqué que je dois ouvrir le robinet de basse pression de mon manomètre à plus d’un quart de tour. Qu’est-ce que cela signifie?

Réponse : Il y a une fuite par la vanne d’arrêt n° 2 puisque l’eau circule toujours dans l’appareil.


Question : Quelles sont les robinets du manomètre différentiel qui doivent être ouvertes pour tester en contre-pression le clapet de retenue n° 2 du dispositif à pression réduite?

Réponse : Les robinets de haute pression et de dérivation. 


Question : Vrai ou faux? Une autre façon de tester l’ouverture d’une soupape de décharge est de fermer les vannes d’arrêt no 1 et no 2 et d’ouvrir ensuite le robinet d’essai no 2. L’eau doit alors s’écouler de la soupape de décharge.

Réponse : Vrai. L’eau dans le dispositif est statique. En ouvrant le robinet d’essai n° 2, la pression de l’eau en amont de la soupape de décharge est réduite. La zone de pression réduite aura alors une pression supérieure et l’eau s’écoulera. 


Question : Vrai ou faux? La vanne d’arrêt n° 2 est fermée, mais avant que je puisse commencer mon essai, l’eau s’écoule de la soupape de décharge. C’est probablement dû à une fuite sur le clapet de retenue n° 1.

Réponse : Vrai. Si la vanne d,arrêt n° 1 fuit, la pression en amont de la soupape de décharge et la pression de la zone de pression réduite seront égales; ce qui entraînera inévitablement l’ouverture de la soupape de décharge.


Dispositif à double clapets et robinets

Question : Je teste le clapet de retenue n° 1 d’un Dar2CR dans le sens normal d’écoulement et mon manomètre indique 0 psi. Qu’est-ce que cela signifie?

Réponse : Le clapet n° 1 est défectueux.


Question : En testant le clapet de retenue n° 1 d’un Dar2CR en contre-pression, j’ai l’habitude de desserrer légèrement le tuyau de basse pression raccordé sur le robinet d’essai no 2. Est-ce une bonne idée? Pourquoi la pression différentielle grimpe-t-elle sur le manomètre lors de cette opération?

Réponse : Desserrer le tuyau de basse pression va faire couler l’eau du dispositif antirefoulement en amont du clapet no 1, ce qui augmentera la pression différentielle de part et d’autre du clapet.  Comme la pression différentielle augmente au cadran du manomètre, il devient plus facile de prendre une lecture et confirmer l’étanchéité du clapet.


Casse-Vide Pression régulier et Anti Déversement - C-VP et C-VPAD

Question : Vrai ou faux? En testant le clapet de retenue, le tuyau flexible haute pression du manomètre doit être raccordé sur le robinet d’essai n° 2.

Réponse : Faux, il doit être raccordé sur le robinet n° 1.


Question : Vrai ou faux? La soupape d’admission d’air doit être complètement ouverte avant que la pression différentielle atteigne 1 PSID?

Réponse : Vrai, c’est le différentiel de pression minimale requis selon la norme CSA B64.10.1.


Question : L’eau s’écoule de la soupape d’admission d’air avant même que je puisse faire les essais. Qu’est-ce que cela signifie?

Réponse : La soupape d’admission d’air est défectueuse.